Archivore, n°33, Juin 2005, 13 p.

Archivore33IMAGE

L’Archivore de juin 2005 annonce en page 3 la numérisation et la mise en ligne, sur le site @archinet, de l’ensemble des Archivore déjà parus. C’est donc avec ce numéro que nous ouvrons la republication des Archivore en ligne.

– Mais c’est quoi Archivore ?

– Aïe ! Coup de vieux…! Archivore, c’était le bulletin de l’AEDAA de 1996 à 2012. Publiés tous les 3, 4, 5 ou 6 mois à peu prêt, cette revue est composée d’articles concernant à la fois des pratiques ou expériences archivistiques mais également des expositions ou des livres. Un carnet rose enrichit certains numéros. En résumé Archivore est une source d’information intéressante sur des problématiques archivistiques.

– Si c’est une parution en 1996 et 2012 on peut également penser que c’est une source intéressante sur l’évolution des pratiques archivistiques ?

– Oui, bien sûr, et ces bulletins offrent aussi une vision originale de l’histoire de notre association !

Alors bonne lecture !

Edito, sommaire et accès au n°33 (réservé aux adhérents).

Margot Georges

Archivore, n°32, Janvier 2005, 23 p.

Archivore, n°32, Janvier 2005, 23 p.

  • Édito (page 1)
  • News : réunion de l’AAF et du Collectif A du 9 décembre 2004 (page 2)
  • News de l’asso (page 6)
  • News de la formation (page 13)
  • Brèves (page 15)
  • Bruits de fonds : présentation des membres du collectif A5 (page 16)
  • Perles de culture : le service des Archives Historiques de l’Association nationale des porteurs français de valeurs mobilières (page 20)

Édito

Bonne année 2005 :

Que vous souhaiter pour cette année ?

Je dirais de suivre l’exemple de nos chers adhérents qui se tuent à la tâche au sein de notre association pour vous offrir une qualité de services absolument inimitable et inimitée. Je pense notamment à Julien Le Magueresse qui m’a secondé pendant deux années, allant jusqu’à écrire un édito durant mon congé maternité. Qu’il me soit permis de le mettre à l’honneur dans cet éditorial, le premier de l’année !

Ce changement de poste est, comme vous pourrez le constater, matérialisé par un changement notable de maquette qui sera suivi, nous l’espérons de plusieurs autres transformations : vos suggestions seront les bienvenus, de même que vos propositions d’articles.

À ce sujet, je n’ai pour une fois pas à me plaindre puisque vous aurez d’ores et déjà constaté la taille exceptionnellement importante de ce numéro. Merci à vous de continuer à nous proposer vos lumières et soyez nombreux à m’écrire pour me donner vos propositions et vos réponses à la question fondamentale : qu’attendez(vous de l’Archivore en cette année 2005 ?

J’attends vos réponses.

Geveviève Roux