Archivore, n°42, Décembre 2021, 8 p.

Édito

Noël approche, le calendrier de l’avent est déjà bien entamé, le sapin trône fièrement dans le salon et chacun.e d’entre nous attend patiemment (ou pas) l’arrivée du père Noël en espérant secrètement ne pas avoir fait trop de bêtises pour obtenir le cadeau de ses rêves. Et si nous vous en offrions déjà un en avant-goût ? Eh oui, vous le tenez entre vos mains : le tout dernier numéro d’Archivore !

Et derrière cette revue se cache un autre cadeau, bien plus précieux : celui des membres qui constitue l’équipe de l’Aedaa. Que dire ? Je ne sais comment les remercier. Grâce à iels, nous avons publié plusieurs numéros d’Archivore et mis en ligne sur notre site l’ensemble de la collection depuis sa création en 1996, obtenu un local pour accueillir physiquement les étudiant.e.s, changé de boîte mail et de cloud (afin de garantir la protection de nos données), relancé la vente de sweats de l’association avec un nouveau modèle, soutenu une nouvelle fois la journée d’étude des étudiant.e.s de Master 2, été un tremplin pour l’implantation de notre revue consœur Le Fonds de l’archive, retravaillons les statuts de l’Aedaa, œuvrons sur un nouveau dépôt pour le fonds de l’association à la bibliothèque universitaire et organisons des visites exclusives à nos adhérent.e.s. Je m’arrête ici, même si je pourrais poursuivre longuement, tant les prises d’initiatives des membres de l’Aedaa ont porté des projets que nous avons hâte de vous présenter.

Alors oui, ces derniers temps ont été difficiles et la constitution de ce numéro fut plus ardue que pour les précédents, notamment à cause la crise sanitaire (oui… encore elle). Cela ne nous a toutefois pas empêché de le sortir et espérons que l’aventure Archivore se poursuivra encore pendant de nombreuses années. Cet édito est donc un merci, sincère et absolu, envers toutes celles et tous ceux qui ont contribué à l’aboutissement de ce numéro et à la vie de l’association. Vous êtes les meilleur.e.s.

Mia Viel, vice-présidente de l’Aedaa

Archivore, n°41, Avril 2021, 8 p.

Il y a 6 mois, le numéro spécial 25 ans d’Archivore sortait et nous nous lancions le défi de publier la revue de la manière la plus régulière possible. Plein d’optimisme, nous vous promettions un autre numéro avant la fin de l’année scolaire.

Et c’est chose faite.

Aujourd’hui sort le numéro 41 d’Archivore et nous sommes particulièrement fier.e.s de la diversité des articles qu’il contient. Ainsi, nous vous invitons à feuilleter ces quelques pages qui vous feront découvrir (ou redécouvrir) la revue Le Fonds de l’archive créée en 2020, des projets universitaires du Pivaa et de la JEA 2021, des expériences estudiantines aux AD de Maine-et-Loire et aux AM de Niort ainsi que des articles thématiques sur la culture pop’ et les jeux vidéos en archives. Un beau programme que nous avions hâte (très hâte) de vous partager.

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à le lire qu’à nous de le concevoir. Rendez-vous l’année scolaire prochaine avec deux autres numéros déjà en préparation (on est chaud !!!).

Prenez soin de vous surtout, c’est important, et bonne lecture.

Édito

Le plus difficile quand on lance (ou relance dans notre cas) un périodique, c’est de tenir dans la durée et de proposer un contenu, si ce n’est régulier, au moins récurrent. À sa création à la fin des années 1990, le bulletin trimestriel Archivore pouvait se vanter d’une parution fréquente. Entre mars 1996 et septembre 2006, pas moins de 36 publications sont réalisées par l’association. Étrangement, à partir de 2007, la revue s’endort pour se réveiller seulement en 2012 avec un numéro, certes conséquent mais unique et qui nous a été communiqué par un ancien contributeur, ayant totalement disparu de nos archives. Le comité de rédaction annonce alors un retour en force du périodique sous son nouveau nom : Archivor, oui, sans le « e » (probablement mangé par le crocodile servant de logo). Pourtant, à notre connaissance, le numéro suivant ne parait qu’en 2018 et sert surtout de support pour la valorisation de la Journée d’archivistique d’Angers de la même année sur les archives et la déontologie. —-Vous comprendrez donc que, fin 2020, lorsque nous avons annoncé nous aussi le grand retour d’Archivore en promettant un minimum de régularité, nous nous lancions un véritable défi. Mais nous l’avons relevé ! La perspective d’une publication biannuelle est aujourd’hui plus proche de la réalité que du projet fictif et le prochain numéro est déjà en préparation. Que demander de plus ? De profiter pleinement des articles passionnants qui suivent cet édito peut-être… Je vous souhaite donc une belle lecture et à très bientôt pour le prochain Archivore.

Mia Viel, présidente de l’Aedaa et directrice de publication d’Archivore

Archivore, n°40, Novembre 2020, 18p.

Pour télécharger la revue, cliquez sur le lien suivant :

Page de garde Archivore, n°40, novembre 2020

Archivore, le retour !

…Oui, je sais, encore, ça fait plusieurs numéros qu’on annonce le grand retour de la revue. Et à chaque fois on se plante : la revue ne parait qu’une fois avant de s’éclipser pendant plusieurs années, puis reparaît à nouveau, avec toujours le même intitulé : « Archivore, le retour ! ».

Mais cette fois, je le sens, c’est la bonne ! On tient le coup, on lâche rien et on donne tout pour être les plus réguliers possible et vous proposer au moins un autre numéro d’ici la fin de l’année scolaire.

C’est donc avec fierté que je vous présente ce numéro spécial 25 ans de la revue (et de l’association). J’espère que vous prendrez autant de plaisir à le lire qu’à nous de le concevoir. Prenez soin de vous surtout, c’est important, et bonne lecture.

Je tiens à remercier particulièrement Julie-Anne Kervella pour la conception graphique de la revue. J’adore !

Mia Viel, présidente de l’Aedaa

Sommaire

  • Edito, p.1
  • Introduction, p. 2-3 (Mia Viel)
  • Archives et confinement, p. 4 (Quentin Rabier)
  • Anciens de la formation, p. 5-6 (Aurélie Blais et Jean Chevalier)
  • Brèves d’archives, p. 7 (Kévin Fouquet)
  • Brèves de stage, p. 8 (Sandra Fullenbaum-Lenfant)
  • Mémoire en bref, p. 9 (Carole Houzé)
  • Dossier spécial : l’Aedaa au fil des ans, p. 10-16 (Julie-Anne Kervella)
  • Remerciements, p. 17

Archivore, le retour

Organiser un anniversaire prend souvent du temps. Il faut trouver une salle appropriée, prévenir les invités, s’assurer qu’ils viennent, prévoir des gâteaux, les boissons, la musique, parfois un petit discours et des animations marquant l’événement. Pour notre part, plus s’approchait la date d’anniversaire de l’Association des étudiants et diplômés en archivistique d’Angers (Aedaa) et plus montait l’effervescence des organisateurs.

Et soudain, on vous annonce qu’un virus provenant d’une lointaine province de Chine va mener à la fermeture de tous les bâtiments, y compris votre propre maison. Fin de l’histoire. On remballe tout et on annule l’anniversaire. Snif. Snif ? Comment ça « Snif » ? Comment ça « on remballe tout » ? C’est pas un confinement qui va nous empêcher de fêter notre anniversaire tout de même ! Mais comment faire si on ne peut pas se rassembler ? La solution se trouve entre vos mains.

La publication de cette revue est ce qui reste de la journée des 25 ans de l’Aedaa qui était prévue pour ce 26 septembre 2020. Rassurez-vous, rien n’est perdu et on vous donne rendez-vous en septembre 2021 pour rattraper tout notre retard. On va vous en mettre plein la vue… Sauf si une petite Covid-2020 ou 2021 décide de s’inviter à la dernière minute.

Avant toute chose, nous souhaitons remercier toutes les personnes qui font que l’association prend aujourd’hui une nouvelle dynamique. Merci du fond du cœur, donc, aux Archives départementales de Maine-et-Loire pour leur soutien, à la formation en archivistique de l’université d’Angers, toujours présente, et, bien sûr, à tous les membres de l’association, sans qui nous ne serions pas grand-chose.

L’équipe de l’Aedaa

Archivore, n°39, 2018, 13 p.

Archivore 2018… Le retour !

L’Association des étudiants et diplômés en archivistique d’Angers (Aedaa) a été créée en 1995, dans le but de promouvoir la formation de l’université d’Angers et de faciliter l’insertion professionnelle des étudiants et des jeunes diplômés. Composée d’adhérents issus de la formation, elle soutient les Journées d’archivistique d’Angers organisées chaque année sur un thème professionnel par les étudiants du master 2, elle accompagne ses membres tout au long de leur formation, puis dans la recherche […]

Edito, sommaire et accès au numéro