La conservation des archives audiovisuelles

Nous vous proposons ce mois-ci un point sur les archives audiovisuelles.

D’après le dictionnaire terminologique de 2002 de la DAF, les archives audiovisuelles sont des « documents constitués d’images fixes ou mobiles et d’enregistrements sonores sur tout support ».

Leur conservation

Ces documents sont à conserver à l’abri de la lumière, de la chaleur et de l’humidité (phénomène d’hydrolyse).

Une température élevée entraîne une accélération des réactions chimiques et une déformation des supports, tout comme un taux d’humidité fluctuant. Un air sec provoque un dessèchement des supports alors qu’un taux d’humidité trop élevé entraîne le développement de moisissures. L’exposition à la pollution atmosphérique et aux agents chimiques et biologiques a pour conséquence une hydrolyse et/ou une oxydation des supports.

 

 

Le fait de conserver les films à basse température permet de freiner leur décoloration.

Supports

 

 

Températures

 

Humidité relative

 

Conditions de conservation

Photographie papier < 18° C ± 2° C 30-50 % Dans des pochettes en mylar.
Plaque de verre photographique < 18° C ± 2° C 30-40 % Dans des boîtes en aluminium anodisé.
Bande magnétique 20° C 40 % Ne pas dépasser pour les champs magnétiques parasites les maximums de 5 Oe (Oersted) = 400 A/m (ampère par mètre) pour les courants continus et de 25 Oe = 2000 A/m pour les courants alternatifs.
Microfilm, film photographique, négatif polyester et acétate 15° C 35 % ± 5 % Dans des boîtes en aluminium anodisé.
Noir et blanc < 20° C ± 2° C 25-35 %
Couleur < 2° C 25-35 % En chambre froide.
Film cinématographique : Dans des boîtes en aluminium anodisé.
Noir et blanc, acétate de cellulose (attaquer par le syndrome du vinaigre) 12° C 50 %
± 10 %
Noir et blanc, nitrate de cellulose (à isoler car inflammable) 2° C 20-30 % En chambre froide.
Couleur 0° C 30 %
± 10 %
En chambre froide.
Diapositive 2° C 25-35 % Dans des boîtes en aluminium anodisé.

Informations provenant de : Association des archivistes français, Abrégé d’archivistique, Paris, 2004 et du site Internet « Conservation préventive du patrimoine documentaire » (cf Infra).

Pour plus d’informations :

  • Conservation préventive du patrimoine documentaire, par IFLA-PAC, Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture et de la communication et l’UNESCO.
  • Pour les adhérents, rendez-vous sur la plate-forme de l’AEDAA pour consulter les documents en lien avec le sujet.

 

La réglementation concernant leur cotation

 

  • Note AD 7119/1649 du 7 avril 1986. Conservation, classement, cotation et catalogage des documents sonores dans les archives départementales et communales. Les documents sonores doivent être traités comme les autres documents, quel que soit leur support. On leur attribue cependant une deuxième cote en AV pour le rangement.
  • Circulaire AD 98-8 du 18 décembre 1998. Instruction sur le classement et la cotation des archives dans les services d’archives départementales.
    Les documents figurés et assimilés entrés par voie extraordinaire sont à classer dans la série Fi ; les documents sonores et audiovisuels entrés par voie extraordinaire dans la série AV ; les reproductions sous forme de microfilms ou de microfiches se classent dans la série Mi (série instituée par la circulaire AD 54-24 du 21 octobre 1954) ; les reproductions sous forme de tirages photographiques, négatifs photographiques ou de diapositives, voire le cas échéant de photocopies lorsqu’on ne dispose pas d’un autre support dans la série Ph et les reproductions sur support informatique (cédérom, disque dur…) dans la série Num.

Laisser un commentaire