Compte rendu sommaire de la réunion du Collectif A8 du 12 février 2011

Présents :

Mathilde ARMAND (AEDAA), François BONNEAU (Picarchives), Cécilia CARDON (ADAL), Aline MARIE et Antoine DESIRE (ADELITAD), Clémentine MARKIDES (Arca-Lille), Magalie MOYSAN (ADEDA 78), Mehdi YAHYAOUI (AEDA UP)

Une présentation succincte des différentes associations est faite par chaque représentant présent :


ADEDA 78

– Association relativement ancienne

– Des soucis d’organisation et de gestion (peu de candidatures pour assurer la relève des anciens, problème plus général du manque d’investissement des dernières promotions dans l’association)

– Activités : l’association est associée à la journée d’étude du master, un pique-nique est organisé en juin.

PICARCHIVES

– Des soucis d’organisation (manque de continuité des activités au sein de l’association, manque de motivation des nouveaux diplômés). Néanmoins : de nombreux chantiers en cours.

– Suite à un changement à la direction du master, de nouvelles relations sont à établir avec la nouvelle directrice.

– Activités : réunion de rentrée pour présenter l’association, voyage, visite des Archives nationales, un journal (mis en sommeil).

– Environ 50 adhérents.

ADELITAD

– Association selon la loi 1905/1908 (statut particulier à l’Alsace – Moselle)

– Projets actuels : envoi d’un courriel de présentation aux étudiants avec bulletin d’adhésion en pièce jointe, réfection du site net, révision des liens entre l’association et la formation

– 51 adhérents.

AEDAA (Angers)

– Association avec un réseau très important. La formation propose licence professionnelle, licence avec option archives, master 1 et 2.

– Activités : financement et coordination de la journées d’étude du master, repas d’intégration organisé annuellement après l’assemblée générale, newsletter mensuelle (thématique), site internet attractif

– Des efforts d’organisation : la correspondance et l’adhésion sont en partie dématérialisées

– Environ 180 adhérents. Beaucoup d’anciens étudiants.

AEDA UP

Pas de représentant.

ADAL

– Activités : journée d’intégration pour la 2e année, présentation de l’association et du collectif, rencontre avec des professionnels en 2009.

– Projets : newsletter, site internet, financement des voyages ou de visites de services par les étudiants, système de parrainage

– Adhésion gratuite (essai qui ne sera peut-être pas reconduit)

– Nombre d’adhérents : entre 50 et 100.

ARCA-LILLE

– Association presque mise en sommeil. Des problèmes d’organisation au sein du bureau.

– Un annuaire des anciens étudiants réalisé par le responsable du Master avec le soutien de l’association.

– Environ une vingtaine d’adhérents : problème réel de recrutement.

AICI

Pas de représentant. S’agit-il toujours d’une association d’étudiants et diplômés en archivistique ? L’intégration de l’association au Collectif en dépend.

Informations diverses :

* Les étudiants de Dijon veulent créer une association. Dans l’attente de connaître ses buts et ses besoins, il est difficile de savoir si elle pourra intégrer à terme le Collectif.

* Le fonctionnement du FADAU est abordé : la remise à jour du fichier excel et des personnes inscrites sur le FADAU doit être engagée.

* Groupes « enquête » et « emploi ». Il est demandé aux membres de ces deux groupes de répondre aux différents messages postés sur les deux forums. La question est posée de savoir qui sont exactement les modérateurs du groupe enquête et du groupe emploi.

* Projet de transformation du Collectif en association loi 1901 (pour l’heure il n’a aucun statut juridique)

– Des statuts ont été rédigés par un groupe de travail : il n’y a aucun aucun retour négatif sur la dernière version (qui avait été transmise aux différentes associations).

– Un dernier changement est proposé sur ces statuts, à l’article 17 concernant le montant des cotisations. La date du « 1er janvier » est changée par « 1er avril précédent » pour la définition du nombre d’adhérents (l’adhésion par association reste au 1er janvier).

– Il est décidé de lancer la phase de validation des statuts par chaque association, selon ses modes de fonctionnement. La validation par l’assemblée générale ne semble pas indispensable : au minima elle doit se faire par le conseil d’administration, avant le 1er mai dernier délai.

– Il avait été un temps projeté d’ajouter à ces statuts un « règlement intérieur ». Cette idée est abandonnée : elle ne relève en effet d’aucune obligation légale et la « charte du Collectif » pourra dans les faits en tenir lieu.

* L’Enquête sur l’insertion professionnelle (lancée en 2004)

– Mathilde Armand recherche des éléments de comparaison notamment sur le site de l’INSEE : le travail n’est pas aisé.

– Pour achever le travail, une relance des membres du groupe est projetée (question sur la pertinence du Forum pour ce faire). Une date de rendu des synthèses des différents groupes doit impérativement être fixé pour préparer une plus grande réunion.

– Le projet d’organisation d’une journée d’étude pour la publication des résultats de l’enquête est au point mort tant que celle-ci n’est pas finie.

* Offres d’emploi : droits de diffusion des annonces

La question des droits d’exclusivité des différents annonceurs d’offres d’emploi est abordée. La meilleure façon d’y répondre semble de privilégier les liens (autorisés) plutôt que les annonces développées (qui s’apparentent à une copie). La diffusion des offres reste dans tous les cas à la charge des associations : si des problèmes de liens morts se posent, il revient à chaque association de changer ses modes de diffusion auprès des adhérents (en améliorant la rapidité et la réactivité).

L’autre solution – à terme – réside dans une mise en ligne quotidienne sur le site du collectif, à condition de créer un espace privé (cela pourra nécessiter une réunion de tous les fichiers adhérents des associations).

* Site internet du Collectif

La structure du site a déjà été validée en juin 2009. La rédaction du contenu n’a guère avancé : il est proposé de définir des parties prioritaires et de relancer un appel aux volontaires pour chaque association.

Le groupe de travail organisé sur ce thème avait pour modérateur Morgane : un passage de main est à prévoir.

Les frais dus à l’hébergeur seront réglés par l’AEDAA pour répartition ultérieure entre les associations du Collectif.

* Projet de collaboration avec le syndicat des étudiants de l’école des Chartes

Ce projet est au point mort. Les chartistes rencontrés la première fois (ils avaient proposé à cette occasion de rencontrer ensemble Hervé Lemoine pour faire aboutir une démarche commune) n’ont donné aucune nouvelles.

Une courte réflexion s’engage : il est probable que les chartistes ont plus besoin du Collectif que nous d’eux. Mais cette collaboration reste intéressante pour le réseau du Collectif.

Laisser un commentaire