Archivore, n°41, Avril 2021, 8 p.

Il y a 6 mois, le numéro spécial 25 ans d’Archivore sortait et nous nous lancions le défi de publier la revue de la manière la plus régulière possible. Plein d’optimisme, nous vous promettions un autre numéro avant la fin de l’année scolaire.

Et c’est chose faite.

Aujourd’hui sort le numéro 41 d’Archivore et nous sommes particulièrement fier.e.s de la diversité des articles qu’il contient. Ainsi, nous vous invitons à feuilleter ces quelques pages qui vous feront découvrir (ou redécouvrir) la revue Le Fonds de l’archive créée en 2020, des projets universitaires du Pivaa et de la JEA 2021, des expériences estudiantines aux AD de Maine-et-Loire et aux AM de Niort ainsi que des articles thématiques sur la culture pop’ et les jeux vidéos en archives. Un beau programme que nous avions hâte (très hâte) de vous partager.

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à le lire qu’à nous de le concevoir. Rendez-vous l’année scolaire prochaine avec deux autres numéros déjà en préparation (on est chaud !!!).

Prenez soin de vous surtout, c’est important, et bonne lecture.

Édito

Le plus difficile quand on lance (ou relance dans notre cas) un périodique, c’est de tenir dans la durée et de proposer un contenu, si ce n’est régulier, au moins récurrent. À sa création à la fin des années 1990, le bulletin trimestriel Archivore pouvait se vanter d’une parution fréquente. Entre mars 1996 et septembre 2006, pas moins de 36 publications sont réalisées par l’association. Étrangement, à partir de 2007, la revue s’endort pour se réveiller seulement en 2012 avec un numéro, certes conséquent mais unique et qui nous a été communiqué par un ancien contributeur, ayant totalement disparu de nos archives. Le comité de rédaction annonce alors un retour en force du périodique sous son nouveau nom : Archivor, oui, sans le « e » (probablement mangé par le crocodile servant de logo). Pourtant, à notre connaissance, le numéro suivant ne parait qu’en 2018 et sert surtout de support pour la valorisation de la Journée d’archivistique d’Angers de la même année sur les archives et la déontologie. —-Vous comprendrez donc que, fin 2020, lorsque nous avons annoncé nous aussi le grand retour d’Archivore en promettant un minimum de régularité, nous nous lancions un véritable défi. Mais nous l’avons relevé ! La perspective d’une publication biannuelle est aujourd’hui plus proche de la réalité que du projet fictif et le prochain numéro est déjà en préparation. Que demander de plus ? De profiter pleinement des articles passionnants qui suivent cet édito peut-être… Je vous souhaite donc une belle lecture et à très bientôt pour le prochain Archivore.

Mia Viel, présidente de l’Aedaa et directrice de publication d’Archivore