Retour sur le stage de fin d’études de Cécile Hauret, promotion 2015-2106, aux archives de l’agence de l’eau Loire-Bretagne.

Dans le cadre du semestre 4, les étudiants en deuxième année de master Histoire, Document, spécialité pro et recherche Métiers des archives et des bibliothèques à l’Université d’Angers sont amenés à effectuer un stage de trois mois dans un service d’archives. 


logo AELB

L’agence de l’eau Loire-Bretagne, établissement public sous la tutelle du ministère de l’environnement, œuvre pour l’amélioration de la qualité des eaux dans le bassin ligérien. Un service d’archives a été mis en place il y a maintenant 17 ans. En se situant le plus en amont possible de la production documentaire quotidienne des 330 agents, l’archiviste, Emmanuel Milcent, a adopté une démarche de records management.

Mon stage de fin d’études a eu lieu de mars à juin. Il comportait trois objectifs principaux avec pour fil rouge le virage numérique dans lequel se trouve actuellement l’agence.

Ma première mission consistait en la révision du chapitre « agence comptable » du référentiel de conservation. En effet, ce service se trouvant totalement saturé a alors fait appel à l’archiviste de l’ordonnateur. Or, avant de procéder aux éliminations, il a fallu réactualiser cette partie du référentiel. La subtilité de ce travail a résidé dans l’adaptation par anticipation au décret GBCP qui ne sera applicable à l’agence qu’au 1er janvier 2017 afin que ce travail ne soit pas rendu caduc dès la fin de l’année !

Ma deuxième mission m’a amené à traiter un fonds papier produit par le délégué chargé de représenter les agences de l’eau auprès des instances européennes. Le fonds reflète son travail qui consistait en du lobbying auprès des autres pays européens afin d’acquérir davantage de poids lors des prises de décisions liées à l’eau et à l’environnement. Le délégué était également amené à participer ou à assister à de nombreux colloques et groupes de travail. Un deuxième fonds, entièrement numérique quant à lui, m’a été proposé. Première expérience à l’agence et véritable challenge pour ma part, ce fonds produit dans le cadre du dernier contrôle de la Cour des comptes à l’agence, a suscité beaucoup d’interrogations en raison de son support. Après quelques échanges avec Baptiste Nichèle et Thomas Bernard du SIAF et une application rigoureuse de la définition des archives du code du Patrimoine, le classement de ce fonds a pu être réalisé sans difficulté.

Enfin, une participation active au sein du service d’archives a été l’occasion de réaliser les tâches courantes (éliminations, versements, consultations, sensibilisation auprès des agents). J’ai également eu la possibilité de prendre part à la mise en place progressive de la GED auprès des unités. Soucieuse de la conservation sur le long terme de ses archives électroniques, l’agence est actuellement en train d’acquérir un SAE. J’ai alors pu participer au marché négocié (lecture des offres, notation et négociation) selon les règles du marché public.

Ce stage orienté électronique a été très riche. Diplômée avec succès puis embauchée dans la continuité en CDD, j’espère pouvoir assister au déploiement du SAE dans les mois à venir.

Habitué à accueillir des stagiaires depuis maintenant 3 ans, Emmanuel Milcent met un point d’honneur à leur encadrement. Le temps du stage est perçu comme un « échange gagnant/gagnant » où l’étudiant est là pour profiter d’une expérience et obtenir son diplôme tout en apportant un « un œil neuf » sur le service.

Cécile Hauret

Une thèse en archivistique: pourquoi et où?

Présentation de la première thèse en archivistique soutenue à l’université d’angers.

Suite à la soutenance le 4 décembre 2015 de Damien HAMARD d’une thèse de doctorat portant pour la première fois la mention « d’archivistique », Archivistes! n°117 revient sur cet événement et l’interroge sur son choix de s’engager dans une thèse. C’est également l’occasion pour Charly JOLLIVET et Margot GEORGES de présenter un peu plus le parcours doctoral à l’Université d’Angers.

Voici l’extrait des articles publiés par l’AAF  en PDF ici ainsi que le lien vers la présentation du doctorat en archivistique publié par l’Université d’Angers ici.

archivistes117-bd

archivistes117-bd_2

Compte rendu de la rencontre du Collectif A8 et de l’ICA/SPA

Le 31 mars dernier, à l’occasion du Forum des archivistes à Troyes, plusieurs associations étudiantes du Collectif (Adal, Adeda78, Adelitad, Aedaa et AedAmu) ont rencontré l’ICA/SPA (section des associations professionnelles du Conseil International des Archives) avec qui l’AAF les avait mis en relation quelques semaines avant le Forum.

Étaient présent(e)s lors de cette matinée d’échanges :

Pour les associations étudiantes :

  • Florian Giraud, Marion Rivière (Adal)
  • Frédéric Allio, Maud Jouve, Lucile Node (AedAmu)
  • Anaël Roinard (Aedaa)
  • Sébastien Menu (Adeda78)
  • Noémie Dohey (Adelitad)

Pour l’ICA/SPA :

  • Cristina Bianchi (Suisse)
  • Marta Munuera Bermejo (Catalogne)
  • Claude Roberto (Canada)
  • Fred Van Kan (Pays-Bas)
  • Becky Haglund (États-Unis)
  • Bettina Joergens (Allemagne)
  • Vilde Ronge (Norvège)
  • Michal Henkin (Israël)

La rencontre avec les membres de l’ICA/SPA s’est déroulée sous forme d’une table ronde durant laquelle échanges et bonne humeur ont rythmé notre matinée. Dans un premier temps, les membres de la délégation de l’ICA/SPA ont posé de nombreuses questions aux membres du Collectif.

1ère question : Quelles sont les différentes formations en France en archivistique ?

Maud (AedAmu) : Dans le milieu universitaire, les formations en archivistique proposées sont essentiellement de niveau bac + 5. Après une licence, généralement en histoire, en littérature ou bien dans le domaine du patrimoine, les étudiants suivent des masters professionnels en archivistique sur 2 ans.

Lire la suite

L’AEDAA dans Archivistes ! pour son anniversaire …

Anniversaire AEDAA

20 ans et demi déjà !!! Oui l’AEDAA a fêté ses 20 ans le 20 novembre 2015 en organisant une journée d’étude autour de l’engagement associatif au cours de laquelle nos intervenants ont parlé de leur expérience associative et de leur rapport à l’AEDAA ou à une association archivistique.

L’AEDAA avait ainsi invité Katelle Auguié (président de l’AAF) et Alice Grippon (Déléguée Générale de l’AAF) qui ont été respectivement présidente et vice-présidente de l’AEDAA, Charly Jollivet et Margot Georges (doctorant en archivistique à l’Université d’Angers) ainsi que Fabien Zepparelli (membre du CA de l’ADEDA78, association de la formation de Saint-Quentin-en-Yveline) et Sarah Elbisser (Association des archivistes de l’Eglise de France). Chloé Moser, trésorière de l’AAF et ancienne de l’ADEDA78 était également invité mais n’a malheureusement pas pu se libérer pour venir nous parler de son expérience à l’ADEDA78.

Deux tables rondes ont été organisée l’après-midi. La première autour de la collaboration entre l’AEDAA, l’AAF et les autres associations étudiantes et professionnelles. La seconde était axée autour des attentes des étudiants sur le rôle de l’AEDAA pendant et après la formation.

La journée a été clôturée par l’assemblée générale de l’AEDAA qui permit le renouvellement du bureau de l’association et l’installation de deux nouveaux membres. La relève est assurée !!

 

2e Forum des archivistes

En 2013, l’AAF organisait son premier Forum des archivistes à Angers. Cette année, l’AAF renouvelle l’expérience à Troyes dans l’Aube.  Le thème de cette année aborde et explore les nouvelles technologies appliquée à notre profession en constante évolution.

En y participant, vous aurez la possibilité d’y suivre un grand nombre de communications, de tables rondes, etc. C’est aussi l’occasion de rencontrer des collègues de toute la France et de rencontrer les acteurs économiques du secteur (numérisation, logiciels archives, tiers-archiveurs, etc.).

Vous pouvez encore vous inscrire si vous ne l’avez pas encore fait sur: https://www.weezevent.com/meta-morphoses-aaf et consulter le programme complet des interventions sur le site du Forum : http://forum2016.archivistes.org/.

Pour vous aider à vous y retrouver dans ce programme chargé, nous vous avons concocté un petit fichier Excel (déformation professionnelle, oui) qui résume par séance et par heure de début toutes les interventions proposées.

Programme Forum Archivistes 2016

L’AEDAA participera par le biais du collectif A8 à cet événement, avec le retour sur l’enquête sur l’insertion des diplômés, présenté par les représentants de la COFEM, l’ADEDA78, AedaMu et l’ADAL -> pour en savoir plus c’est ici.

Puisque qu’en plus des étudiants du M1, nous serons de nombreux anciens d’Angers, adhérents ou non de l’AEDAA, le Comité des Fêtes vous propose un café-archiviste le mercredi soir.

Rdv 18h30 à la sortie du centre des congrès pour les intéressés!

Pourquoi? Pour se rencontrer entre étudiants et diplômés, pour retrouver des camarades de promo que l’on n’aura pas encore eu l’occasion de croiser en cette première journée, pour se détendre après les riches échanges du jour… Vous trouverez bien une excuse pour vous joindre à nous!