Compte-rendu de la journée d’étude 2007

À l’écoute des publics des archives : leurs identités, leurs attentes, nos réponses

Journée d’études organisée par les étudiants du master 2 professionnel « archives et réseaux documentaires » de l’université d’Angers et l’AEDAA – 9 mars 2007

Compte rendu des interventions

(élaboré à partir des résumés des intervenants et des notes des étudiants)

Introduction :   l’évolution   des   publics   des   archives   depuis   les   années   soixante,  par Élisabeth Verry, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire

En  introduction à  la  journée d’études,  Mme Verry propose un retour historique sur l’évolution   de   la   fréquentation   des   services   d’archives   publics   en   France   au   cours   des cinquante dernières   années.  Elle  estime que   la  période  est  caractérisée  par  une pulsation ternaire : une forte croissance des publics à l’extrême fin des années 1960 et au tout début des années 1970  laisse  la place à une phase de stagnation qui  dure  jusqu’au début  des années 1980, marquées par une nouvelle accentuation de la progression du nombre de lecteurs. Ainsi, le nombre de lecteurs différents enregistré par les archives départementales de Maine-et-Loire était de 380 en 1968 ; il passe à 746 en 1975 et dépasse le millier en 1984. Cette augmentation se   poursuit   à   un   rythme   soutenu   jusqu’aux   environs   de   1995,   date   à   laquelle   un
ralentissement, voire une stabilisation, interviennent.
Mme   Verry   insiste   sur   la   césure   des   années   post-soixante-huitardes.   C’est effectivement   dans   ces   années,   à   la   faveur   de   la   réforme   des   études   universitaires   et d’évolutions sociétales fortes, que s’ancrent les deux moteurs qui alimentent la croissance des publics des archives jusqu’aux années 2000 : l’explosion des travaux de recherche historique de   type   universitaire   et,   parallèlement,   l’irruption   d’un   public   amateur,   généalogiste notamment.

Lire la suite